Découvrez plus de 70.000 biens
dont plusieurs milliers proposés
Mandat Confiance / Exclusivité
Bienvenue chez CENTURY 21 Port et Lac, Agence immobilière CAPBRETON 40130

A Découvrir à la Galerie du Fonds LABEGORRE, SEIGNOSSE

Publiée le 27/08/2018

C’est la dernière ligne droite de l’exposition « RETROUVAILLES », à la grande salle de la Galerie du Fonds Labégorre ZA Laubian - 2 Impasse de La Lande à SEIGNOSSE

 

Jusqu’au 6 septembre, venez découvrir ou redécouvrir deux peintres majeurs contemporains :

Reimpré & Labégorre

Vous pourrez également y admirer des sculptures de Nathalie Bacholles.

 

Thibaut de Reimpré a été formé aux Beaux-Arts de Paris, en particulier dans l'atelier Yankel de 1968 à 1971.

Il travaille principalement à la peinture acrylique (bien qu'il ait également utilisé l'encre de Chine), dans un style abstrait. Thibaut de Reimpré appartient à la deuxième génération de l'école française de peinture abstraite après la Seconde Guerre mondiale. Son travail s'inscrit plus précisément dans le mouvement de l'abstraction lyrique, dans lequel figurent des artistes comme Michelle Destarac ou Pierre Célice. Son œuvre est exposée régulièrement, aussi bien dans des lieux publics que dans des galeries, lors de trois ou quatre expositions personnelles par an, tant en France qu'à l'étranger, dans des expositions collectives ainsi que lors de foires internationales (pas moins de 165 depuis 1970).

 

 

 

 

Serge Labégorre est né à Talence (Gironde) en 1932. D’une longue maladie qui le contraint à l’immobilité, Labégorre saura faire une force : la peinture sera son mode d’expression et il y consacrera toute sa vie. La rencontre, au collège de Libourne, avec le professeur de dessin de « génie », Henri Charnay, sera une deuxième opportunité dans sa vie d’artiste.

« Celui qui a une bonne écriture dessine bien » (proverbe japonais). Des œuvres de Serge Labégorre, la force du dessin retient d’emblée l’attention. Ses visages nous subjuguent : le trait est sûr, sans ambigüité, le regard est vif, pénétrant, déterminé, et le fond noir qui l’entoure, loin de l’engloutir, relève encore davantage sa détermination. Le corps suit naturellement, avec une audace des couleurs et de la matière, auréolé de lumière. C’est un hymne à la vie, une victoire pour la vie, malgré ses vicissitudes. Il n’y a pas de désespoir dans l’œuvre de Labégorre, seulement la force de vaincre et de rendre à l’être humain toute sa noblesse.

Notre actualité